5 juin 2019 / Tags : DiscriminationPréventionSantéSociété

Le harcèlement

Le harcèlement, de près ou de loin, on le connait tous un petit peu, parfois même sans réellement se rendre compte. On le retrouve dans tous types de milieux de vie et prend différentes formes ; il est parfois tellement subtil et divers qu’il n’est pas toujours perçu ou vécu de la même manière ou au même moment par les différentes personnes concernées.  Pourtant lorsqu’on parle de harcèlement, on peut facilement trouver des points en commun à ces différentes formes.

Quelles en sont les trois premiers signes ?

  • L’intention de nuire par les actes ou les propos : l’un des objectif du harcèlement c’est de chercher à toucher une personne, la déstabiliser, la dévaloriser, la blesser. Bref la mettre dans une posture inconfortable, voire oppressante.
  • Le déséquilibre de force entre la personne qui pose les actes ou les propos, une position favorisée, dominante; et celle qui les reçoit et/ou les vit et qui se retrouve victime.
  • La répétition ou le fait que les actes ou les paroles soient reproduits et subis à plusieurs reprises, et dans la durée. Dans certains cas (cyber-harcèlement) c’est aussi le fait de retrouver ces propos à plusieurs endroits, démultipliés, ou partagés.

Est-ce qu’il peut prendre des formes différentes ?

  • Le harcèlement moral : c’est l’utilisation de propos qui touchent le bien-être moral d’une personne. Exemples : les insultes répétitives, des « surnoms » qui mettent mal à l’aise ou injuriant, les moqueries (sur le poids, la taille, une particularité physique).
  • Le harcèlement physique : c’est le fait d’utiliser sa force physique pour malmener une personne. Exemples : bousculades, gifles, coups, bagarres, vols, rackets, …
  • Le harcèlement de rue : comme l’indique son nom, on retrouve ce type de harcèlement dans les lieux publics comme la rue, les parcs ou encore les transports en commun.
  • Le harcèlement scolaire : c’est le type de harcèlement qu’un enfant, un jeune subi au sein d’une école.
  • Le harcèlement sexuel : c’est le fait d’imposer à une personne des propos ou comportements dégradants à connotation sexuelle qui peuvent porter atteinte à sa dignité.Exemples : regards, des sifflements, des commentaires déplacés, des insultes,…
  • Le cyber-harcèlement: c’est le fait d’utiliser les nouvelles technologies (GSM, internet, réseaux sociaux, etc.) pour pouvoir nuire à une personne à travers un écran. Qu’ils s’expriment dans la vie réelle ou de manière virtuelle, les différents types de harcèlement sont tous nuisibles, réels, et ne sont clairement pas aussi sectionnés. Au contraire, ils s’entremêlent plutôt souvent.

Et le témoin dans tout ça ?

Il ne faut pas forcément être l’auteur « principal » du harcèlement pour en être responsable. Mais lorsque l’on est témoin, l’attitude qu’on a face au harcèlement influence le sens de cette responsabilité et l’impact que l’on peut avoir sur la victime.

Contribuer à une moquerie, par exemple, marque que le témoin participe, appuie, soutien, en quelque sorte cette intention de nuire. Certains témoins soutiendront plutôt la personne qui se fait harceler, soit directement lorsqu’elle assiste à l’évènement, soit en lui conseillant d’en parler. 

A qui en parler ?

Il est toujours conseillé de ne pas s’isoler, d’en parler autour de soi et de trouver des personnes prêtes à écouter le souci et soutenir la personne : le premier cercle (les proches, la famille), les personnes avec qui nous partageons le quotidien (amis, professeurs, éducateurs, …), ou des institutions avec plusieurs professionnels (centre PMS, planning familial, …).

Il existe aussi un service d’écoute spécialisée pour le harcèlement scolaire : 0800.95.580

Actualité récente :

Articles liés :

L'article t'a plu? Partage le :

Tu as vécu une expérience en rapport avec cet article ? Tu souhaites la partager ?
N’hésites pas à nous envoyer un texte de ta plume, peut-être qu’il sera publié !