16 mars 2020 / Tags : ÉtudesDroits sociauxPréventionSanté

Enseignement supérieur et coronavirus : quelles conséquences sur les stages ?

coronavirus stages enseignement supérieur

Résumé

Depuis quelques jours, des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur contactent Infor Jeunes Bruxelles. La question reste la même : dois-je aller en stage vu la contagiosité et la dangerosité du coronavirus/covid-19 ? Cet article rappelle les deux seules règles prévues par le décret paysage. D’une part, les étudiants peuvent demander un allègement en cours d’année académique. D’autre part, les étudiants peuvent demander une session prolongée. Néanmoins, ces solutions semblent insuffisantes. En effet, c’est l’établissement qui décide librement d’accorder ou non ces mesures. De plus, ces réponses semblent inadaptées face à la gravité des problèmes qui nous sont relayés. Pour ces raisons, nous souhaitons sonder la population étudiante et déterminer plus précisément les problèmes qu’ils rencontrent.

Quel est le problème ?

Les étudiants en sciences dentaires, médecine, soins infirmiers et sage-femme nous contactent depuis plusieurs jours parce qu’ils sont particulièrement exposés au coronavirus/covid19. En contact avec une population à risque, ils peuvent eux-mêmes véhiculer le virus ou être infectés. Pour ces étudiants, les mesures annoncées par le Cref ou chacun de leur établissement d’enseignement supérieur ne semblent ni claires, ni suffisantes. On nous rapporte des situations de rationnement des masques à concurrence d’un masque/jour, d’absence ou d’insuffisance de matériel de désinfection. Mais également d’actes d’urgences dentaires qui doivent être réalisés dans la bouche d’un patient sans disposer de masques qui protègent suffisamment bien contre le virus (masque de type FFP2).

Ce problème concerne-t-il uniquement les étudiants des filières médicales ou paramédicales ?

Ces étudiants ne sont pas les seuls et des étudiants des filières pédagogiques, en assistant sociale ou des autres filières paramédicales ou sportives nous contactent désormais. Qu’il s’agisse d’étudiants inscrits dans les filières (para)médicales ou non, tous ces étudiants ont la contrainte de prester ces stages pour trois raisons.
Primo, pour disposer d’une expérience professionnelle.
Secundo, parce que c’est obligatoire et que la réussite de ce stage conditionne elle-même la réussite de leur année voire l’obtention de leur diplôme.
Tertio, parce que certaines formations exigent de réaliser un quota d’actes. Par exemple, les étudiants en sage-femmes ou en sciences dentaires doivent réaliser 40 accouchements ou des dizaines d’actes différentes (extraction, parodontie, etc.).
S’ils ne les réalisent pas, ils n’obtiendront pas leur diplôme et devront se réinscrire l’année prochaine.

Quels sont les règles en cas d’absence pour cause de maladie ?

Coronavirus ou non, justifier son absence à un stage ne permet pas de neutraliser la note. En d’autres termes, l’étudiant écopera d’une note de 0/20 mais évitera d’autres conséquences diverses et variées. Ainsi, l’étudiant évitera:
  • des sanctions disciplinaires. Lorsque c’est prévu par le règlement général des études et/ou la fiche descriptive de l’unité d’enseignement concernée ;
  • des difficultés lors du renouvellement du titre de séjour. S’agissant des ressortissants hors union européenne non assimilés dont le titre de séjour est liée à la qualité d’étudiant ;
  • un risque de remboursement d’une partie de la bourse d’études accordée ;
  • parfois, une interdiction de présenter sa session d’examen pour manque d’assiduité (particulièrement à l’EPHEC)

 

Pourtant, le décret paysage prévoit deux mesures qui pourraient être invoqués. D’une part, on peut  demander un allègement en cours d’année. D’autre part, l’étudiant peut demander de prolonger l’année année académique pendant maximum deux mois et demi.

  • Ainsi, l’article 151 du décret paysage prévoit que “les autorités académiques peuvent exceptionnellement accorder à un étudiant un allègement de programme, soit au moment de son inscription, soit en cours d’année académique pour motif médical grave” ;
  • De même, l’article 79, §2, du même décret prévoit un mécanisme de session prolongée. Ainsi, “les autorités de l’établissement d’enseignement supérieur peuvent, pour des raisons de force majeure et dûment motivées, prolonger une période d’évaluation d’un étudiant au quadrimestre suivant, sans toutefois pouvoir dépasser une période de deux mois et demi au-delà de la fin du quadrimestre”.

Ces droits sont-ils suffisants ?

On le constate facilement, ces mécanismes paraissent insuffisants. On remarquera que ces règles sont discrétionnaires et que l’établissement d’enseignement peut les accorder…ou non. A cet égard, la note de 0/20 implique un échec. Par la même occasion, cela reporte la réussite à une année académique ultérieure et emporte que les crédits de l’unité d’enseignement concernée ne sont pas acquis. Bref, cela a des conséquences sur la “finançabilité” et la possibilité de se réinscrire, sans demander de dérogation, pour achever son cursus. Pour l’enseignement de promotion sociale, la situation est encore plus préoccupante puisque de tels mécanismes d’allègement ou de session prolongée n’existent tout simplement pas ! Pour ne rien gacher, ces étudiants doivent parfois présenter leurs examens dans les jours ou les semaines à venir.

Un sondage pour mieux cerner les difficultés rencontrées

Si ces mécanismes ne suffisent pas, il faut en penser d’autres. Mais lesquels ? Pour répondre à ces questions, nous avons besoin de sonder les étudiants. Tu es inscrit dans l’enseignement universitaire, en Haute Ecole, en Ecole supérieure des Arts ou en promotion sociale ? Tu es en stage ? Alors tu es concerné ! Réponds-y et partages-le au maximum ! Un nombre important de participant permettra à ce sondage de gagner en légitimité et en visibilité. Nous ne collections aucune adresse email et aucun nom, prénom ou numéro de téléphone.

Les informations collectées restent totalement anonymes et confidentielles.

Si tu as des questions, n’hésites pas à nous contacter au 02 514 41 11, l’équipe d’Infor Jeunes Bruxelles est là pour te répondre 🙂

Actualité récente :

Articles liés :

L'article t'a plu? Partage le :

Tu as vécu une expérience en rapport avec cet article ? Tu souhaites la partager ?
N’hésites pas à nous envoyer un texte de ta plume, peut-être qu’il sera publié !

Tu as une question spécifique ? Notre équipe se fera un plaisir de t’aider !

Vous devez être connecté pour poster des commentaires ou des questions sur cet article.