27 mars 2020 / Tags : ÉtudesLogementLégislationTravail

Coronavirus, jobs étudiants et étudiant.e.s dans l’enseignement supérieur

Coronavirus jobs étudiants Infor Jeunes Bruxelles

Les jobs étudiants suite au coronavirus

Quel est l’impact du coronavirus sur les jobs étudiants dans l’enseignement supérieur ? L’apparition du coronavirus a généré de très nombreuses questions liées au travail des étudiants inscrit.e.s dans l’enseignement supérieur. En ce qui nous concerne ces questions, relayées auprès d’Infor Jeunes Bruxelles, sont en constante augmentation. Pourtant, nous pouvons d’ores-et-déjà constater une évolution depuis quelques jours. Dans un premier temps, les travailleurs.euses étudiant.e.s du secteur de l’horeca ont soudainement vu leurs contrats de travail suspendus ou interrompus en raison des mesures de confinement imposées par les pouvoirs publics. Parallèlement, d’autres secteurs considérés comme essentiels ont engagé massivement ces étudiant.e.s: commerce de la grande distribution ou de détail, secteur social et, surtout, secteur de la santé (soins-infirmier.e.s, aides-soignant.e.s).

Le coronavirus suscite des questions sur les kots, les stages, les évaluations académiques,…

S’il est encore trop tôt pour en tirer un bilan, Infor Jeunes Bruxelles constate également une augmentation du nombre de questions liées aux kots, aux stages, aux conséquences de la suspension des cours sur l’année académique (Université, Haute Ecole, ESA, promotion sociale). Mais également au sujet des examens ainsi qu’à d’autres règles relatives aux voyages à l’étranger ou à des remboursements de services. Nous y répondons dans cet article adapté au jour le jour.

Derrière la flexibilité…une précarité étudiante ?

A travers nos réponses, nous rappelons souvent que la durée de leur préavis est réduite, ils ou elles ne peuvent prétendre à une incapacité de travail que dans des conditions plus rigoureuses que les autres travailleurs.euses et leurs contrats sont bien très limités dans le temps, interrompus artificiellement et renouvelés indéfiniment,…Sans doute est-ce la raison pour laquelle il est plus facile de mettre fin à leurs contrats et de les réengager dans d’autres secteurs.

Par ailleurs, nos constats au quotidien rejoignent en tous points ceux d’une étude commanditée en 2019 par la Fédération Wallonie-Bruxelles. [1] Dans cette étude, 87,2 % des étudiant.e.s sondé.e.s déclaraient dépendre de leur famille pour leurs frais et disposer en moyenne de 301,92 €/mois. Ainsi, l’argent issu d’une activité rémunérée représente leur deuxième source de revenus et 71,6 % des étudiant.e.s exercent un job étudiant parallèlement à leurs études. D’ailleurs, pour 27,3 % de ces étudiant.e.s, exercer un job étudiant a un impact négatif sur leurs études.

Face l’ensemble des questions qui nous sont soumise, voici un petit rappel des règles :

Les étudiant.e.s doivent, en principe, continuer à payer leurs kots. Si le Syndicat National des Propriétaires (SNPC) appelle à un moratoire sur le paiement des loyers, il exclut les kots. Alors même que les universités ont fermé leurs portes jusqu’au 30 juin 2020 et que les cours ne sont plus présentiels. Pour continuer à payer son loyer, privilégier une activité professionnelle peut être une solution. Quitte à délaisser ses obligations d’étudiant.e.s.

Coronarivus et mesures de sécurité pour les jobistes

Par ailleurs, Infor Jeunes Bruxelles reçoit depuis plusieurs jours des témoignages d’étudiant.e.s en stage ou jobistes qui confirment que les maîtres de stage ou les employeurs ne mettent pas toujours en place les mesures suffisantes pour protéger les travailleurs (voir aussi cet article).

Témoignage de Laura :

Je servais en salle. Depuis les mesures de confinement, on fait des livraisons. Des masques ? Le chef d’équipe nous les a promis. Pourtant, ils n’arrivent pas. Alors on les fabrique nous-mêmes, avec du coton ou en tissu. On sait qu’ils ne sont pas efficaces. Par contre, cela rassure les clients qui viennent chercher des commandes”.   (Laura) [2]

Nous avons besoin de ton témoignage

En définitive, ce témoignage est un exemple de situations alarmantes.Et à cet égard, nous ne pouvons pas nous contenter de répondre à ces questions, nous devons comprendre la situation. Qu’en est-il réellement ? Quelle est l’incidence du Covid-19 sur les étudiant.e.s jobistes ? Nous avons donc contacté plusieurs syndicats et les jeunes FGTB ont répondu à notre appel. A travers ce sondage, Infor Jeunes Bruxelles et les Jeunes FGBT s’intéressent à ta situation et nous avons besoin de toi !

  • Tu es un travailleur étudiant ?
  • Tu connais des travailleurs étudiants qui sont dans cette situation ?

 

Nous avons besoin de quelques minutes de ton temps pour remplir ce questionnaire. Toutes les réponses fournies restent anonymes.

 

 

[1] Etude non-publiée.

[2] Prénom d’emprunt.

Actualité récente :

Articles liés :

L'article t'a plu? Partage le :

Après la lecture de cet article, tu as encore des questions ? Notre équipe se fera une joie de t’aider !

Vous pouvez commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Tu as vécu une expérience en rapport avec cet article ? Tu souhaites la partager ?
N’hésites pas à nous envoyer un texte de ta plume, peut-être qu’il sera publié !